Musashi

Une communauté fraternelle d'hommes libres et déterminés, en alternative aux pièges de la société moderne

Fondamentaux de la communauté : découvrez-les ici

lundi 21 novembre 2016

Le second tour des primaires LR pourrait encore réserver des surprises, en vue des présidentielles


Le scénario suivant du second tour des primaires est à considérer, en admettant qu'il reste une simple probabilité : évitons la cuistrerie des "experts" une fois de plus débordés par le scrutin d'hier, par manque patent de proximité avec les souffrances et les espoirs des français.

Des électeurs de gauche et du FN pourraient être tentés de peser fortement sur le scrutin en faveur de Juppé, pour des raisons bien entendu différentes, mais anticipant toutes deux un coup plus loin sur le chemin des présidentielles.


Pour nombre d'élus de gauche, Juppé est l'opportunité de préserver leurs privilèges et prébendes, voire de conserver une partie du pouvoir par une alliance post-présidentielle. Leurs consignes de vote devraient donc être exacerbées dans l'entre-deux-tours.

Une forte participation du vote musulman en faveur de Juppé est également à attendre, étant donné les gages importants au communautarisme donnés par celui-ci.


Les électeurs FN pourraient être tentés de peser sur le scrutin à l'avantage de Juppé, par tactique électorale. Contrairement à ce que prétend le maire de Bordeaux, il est en effet très loin d'être le meilleur candidat à opposer à Marine Le Pen. Les effets de dynamique en politique, dont nous avons vu une fois encore l'illustration avec la percée spectaculaire de Fillon, joueraient fortement en défaveur de Juppé en cas d'opposition à MLP.

Peu avant l'élection présidentielle, il y aurait fort à parier sur une focalisation et un durcissement du débat autour du communautarisme musulman, talon d'Achille de Juppé, qui s'obstine à rester dans une ambiguïté fatale sur ce sujet.


Dans un tel face à face, nombre d'électeurs des Républicains, sarkozystes ou fillonnistes, préféreraient voter MLP que Juppé, afin d'éviter à la France un scénario à l'algérienne ou à la tunisienne.

Ceci donnerait à Marine Le Pen la réserve de voix qui lui manque pour passer le cap des 35%. Le FN a donc tout intérêt à provoquer ce face-à-face, afin de profiter d'un contraste clivant permettant le dernier basculement en sa faveur.


Le maire de Bordeaux n'a pas compris que la question du communautarisme musulman en France n'est pas une discussion courtoise autour d'une tasse de thé sur les différences culturelles, mais une question de survie.


Elle touche à la fois à nos valeurs et à notre mode de vie comme à notre sécurité quotidienne. La passerelle entre délinquance de banlieue et radicalisation religieuse est un fait qui n'est plus à démontrer. Seuls ceux qui admettent de le voir et de le nommer très clairement, très fermement et sans arrière-pensée clientéliste peuvent prétendre connaître la réalité vécue par une majorité de français et remporter l'élection.


En définitive, les électeurs PS pour préserver encore un peu leur régime déliquescent et les électeurs FN parce que l'on ne fera pas de quartier de la mollesse contre leur candidate, ont tout intérêt à voter Juppé au deuxième tour de scrutin des primaires. Reste à savoir si cet effet sera suffisant pour faire basculer le vote.


Ces calculs politiques sont un élément supplémentaire de surprise qui pourraient une fois de plus tromper les "experts" et sondeurs, retournés hier soir et ce matin comme des crêpes sur la poêle du conformisme.

3 commentaires:

  1. Un scénario possible en effet !

    RépondreSupprimer
  2. surtout quand on traine dans les provinces et que toutes vont voter fn aux législatives (ça va être un raz
    de marée dont les larbins ne parlent surtout pas) on peut être sur que fn présidente si c'est jupette en face

    RépondreSupprimer