Musashi

Une communauté fraternelle d'hommes libres et déterminés, en alternative aux pièges de la société moderne

Fondamentaux de la communauté : découvrez-les ici

FONDAMENTAUX DE LA COMMUNAUTE

BIENVENUE DANS LA COMMUNAUTE DE L'ORQUE


Le troisième homme est le blog de la "Communauté de l'Orque", une communauté fraternelle d'hommes libres et déterminés souhaitant s'affranchir des pièges de la société moderne.

CRITIQUE DE LA SOCIETE MODERNE
 
LE PROJET DE COMMUNAUTE LIBRE

L'ATTITUDE DE L'ORQUE

LE SERMENT DE L'ORQUE

La communauté de l'Orque a été fondée par Marc Rameaux. Elle exhorte à sortir de la résignation aux rapports de domination entre les hommes, les prédateurs imbus d'eux-mêmes et ceux qui passivement les suivent, pour promouvoir un troisième type d'homme.

"Le troisième homme" ne cherche pas à s'affirmer par la domination mais par sa force intérieure de caractère. Il est respectueux de la liberté des autres mais implacable défenseur de sa propre liberté lorsque l'on cherche à l'asservir.

L'existence des trois types d'hommes, les prédateurs, les suivistes et les indépendants s'appuie sur une expérience maintenant connue sur la société des rats, l'expérience de Didier Desor :

L'expérience de Desor

L'orque en tant qu'animal est le symbole de cet esprit d'indépendance et de sagesse. Animal d'une intelligence et d'un finesse extraordinaires, il sait au besoin éventrer un requin blanc de 4 mètres si la nécessité l'exige. Les prédateurs et requins du monde moderne sont prévenus.

3 commentaires:

  1. C'est Harry!

    "L'existence des trois types d'hommes, les prédateurs, les suivistes et les indépendants"

    Je suis d'accord mais comme l'auteur n'a pas eu assez de place, je voudrais préciser en langage plus "GEEK" que tous les lecteurs comprennent. Selon mon expérience et mes observations:

    Les "suivistes" ou "serviteurs" sont deux catégories:

    - les serviteurs meneurs: Un sur dix, (moins dans les groupes plus importants)
    - les serviteurs suiveurs

    Les serviteurs meneurs ont de "l'influence" (pas de l'autorité) sur les suiveurs. Ils naviguent ensemble, concurrents mais aussi complices. Spécialistes du contre-pied, il leur est plus facile de noyer le poisson en cas de difficulté. C'est clair.

    Les serviteurs suiveurs sont asservis aux circonstances selon le bon vouloir - ou le refus des meneurs.
    Apparentés aux zombies ils évoluent en "suivant" les indications de l'autorité (ou ce qu'ils croient être) sans aucune considération personnelle. Le serviteur suiveur donne l'impression d'une cohésion ou cohérence sans apporter d'élément constructif. C'est même le contraire, les suiveurs sont capables d'ignorer le danger ou l'imprévu voire de les créer. Un (ou plusieurs) suiveurs rejeté (ou ayant l'impression de l'être) peut accomplir des actes graves pour alléger sa détresse ou pour punir celui qui est l'origine. Des enquêteurs des affaires criminelles connaissent le sujet - les serviteurs suiveurs sont placés souvent en périphérie (border line) des suspects. Beaucoup d'affaires ne sont pas résolues ou des innocents sont condamnés en raison de leur discrétion.

    Les prédateurs ont une peur bleue de se voir démasqués. L'intelligence et la connaissance insuffisantes les pousse à contrôler chaque décision - que celles-ci ne leur soient pas fatales. Les conneries ne sont pas graves aux suiveurs, après tout c'est leur rôle. Le prédateur ne vaut que ce que les suiveurs lui attribuent. Un entraîneur de foot ne pourra pas faire le même numéro avec d'autres joueurs dans un autre club. S'il ignore les combines du président, des politiciens et de l'économie politique il se plantera. (Voir Le principe de Peter).

    Les indépendants ou "électrons libres" "Etre libre, c'est souvent être seul" (Renaud).
    L'électron libre, GEEK voit différemment, il a du mal à se faire accepter par les serviteurs et naturellement par les Prédateurs. Un duo ou un carré "d'électrons libres" est redoutable: leur attachement à l'efficacité pousse toute considération personnelle très loin derrière. C'est le cas de la "Gomora" une forme de pègre composée de Monsieurs/Madame Toulemonde qui se connaît peu, ne s'aime pas, ne se déteste pas. De caractères différents, chaque individu propose ce qu'il voit, pense et projette. Seul compte le résultat. Pareil pour "les jeunes loups" aux USA, ils sont capables de couler une grosse boîte si celle-ci ne reconnait pas leur capacité ou s'ils s'estiment sous-payés, ils migrent avec les meubles et la clientèle .

    Voilà

    RSVP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. IL faut revisiter la dynamique de groupe à partir des trois pôles de la communication : Managériale, pédagogique, thérapeutique
      Intégrer l'approche systémique (interactions et rétroactions)

      Supprimer
  2. je suis une femme. Dommage, ce blog avait l'air intéressant...

    RépondreSupprimer